Secrétaire national du secteur Unions territoriales et CPRIA, Pierre Lichon dresse les enjeux des prochaines élections TPE (28 novembre – 12 décembre), un scrutin capital pour les salariés et pour la CFE-CGC.

Comment la CFE-CGC mène-t-elle campagne pour sensibiliser les salariés et les militants à ce scrutin ?
Toutes les unions régionales et les fédérations ont été mobilisées et sont à pied d’œuvre pour mener des actions (ex : participation à la Foire de Chalons et à plusieurs salons régionaux, conférences de presse…) et rencontrer les salariés des TPE, sans oublier les opérations de publipostage, de tractage, les publications dans la presse locale et régionale et la diffusion de sports TV et radio.
La Confédération a également mis en place un riche blog thématique (www.cfecgc-tpe.org/) et une page Facebook. Les fédérations ont, elles, communiqué au travers leurs publications : Fer de Lance, Ecochim, Les cahiers du BTP… Enfin, des informations spécifiques ont été adressées aux adhérents et aux militants CFE-CGC lors de chaque session de formation.

« Il est indispensable que les compétences des cadres, maillons forts des entreprises, soient préservées et valorisées »

Quelles sont les grandes revendications exprimées sur le terrain par les salariés des TPE ?
Les principales préoccupations sont la charge de travail trop importante, l’absence d’interlocuteur pour partager et exprimer les difficultés rencontrées ; les relations avec les donneurs d’ordres, les clients, les fournisseurs ; la flexibilité des horaires ; la distance domicile/lieu de travail ; la rémunération. Autant de sujets auxquels la CFE-CGC est particulièrement vigilante et force de propositions constructives.
L’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle est un des axes majeurs de la CFE-CGC, qui milite par ailleurs pour que le burn-out soit enfin reconnu comme une maladie professionnelle.

 

lichon